PAR AMOUR

POUR LA VENISE D’HIER  

EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES

DE SERGE BASSENKO

 

29 NOVEMBRE 2017 – 4 JANVIER 2018 

VERNISSAGE  &  RENCONTRE-SOUVENIR

JEUDI 30 NOVEMBRE À PARTIR DE 18 H

  

Bibliothèque de l’UIA (près de la Mairie)

6 impasse des Gendarmes – Versailles

01 30 97 83 89 – bibliotheque.uia@versailles.fr          ENTREE LIBRE

entrée libre du 29 novembre 2017 au 4 janvier 2018

                                                                                                                                                                           du lundi au jeudi 9h-19h                                                                                                                                                                                                       vendredi 9h-17h
                                                                                                                                                                        samedi 9h-12h30 - après-midi à confirmer  
                                                                                                                                                                    Attention : fermeture du 25 décembre au 1er janvier
                                                                                                                                                                    Attention : en janvier 9h-17h

 


« J’ai cherché à photographier

l’âme de Venise. »

 

  Serge Bassenko (1927-2013) a passionnément aimé

  Venise et a passé vingt ans à la photographier.

 

Qui  êtes-vous, Serge Bassenko ?

 

« On s’inquiète toujours de savoir ce qu’un tel a fait ou n’a pas fait. Mais les actes révèlent-ils vraiment une personne?

Pour un créateur, ce qui compte, c’est ce qui dort au fond de lui et qui émerge parfois. Pour un homme, ce qui compte, ce sont les amis qu’il s’est faits et qu’il a servis.

Pour le reste, oui, j’ai étudié, lu, interrogé les hommes et la nature; oui, j’ai abandonné ma vie professionnelle pour faire des photographies à Venise et dans la campagne française, et pour écrire 19 romans, une tragédie Antigone et des pensées sur la vie Le Sage.

 

Si vous, vous voulez me connaître, regardez plutôt mes photos et lisez mes textes, c’est là que je suis. »

 

 

       Une Venise secrète qui n'existe presque plus

 

Les photographies datent du siècle dernier (1970-1990), avant l’exode massif des Vénitiens et la modernisation de la ville. Elles reflètent un monde authentique et émouvant qui a quasiment disparu aujourd’hui.

 

Elles montrent des endroits hors des circuits touristiques : ruelles et jardinets intimes, petits canaux qu’on ne peut apercevoir qu’en barque, balades dans le silence de la nuit à la lumière de mystérieux réverbères, ou au fond de la lagune solitaire et sauvage, où vivaient   quelques pêcheurs.

 

C’est la Venise des Vénitiens

 

Choc de la première arrivée

 

« J'avais décidé d'arriver de nuit - parce que j'aime la nuit - de faire le tour de la ville et de passer sur le Pont des Soupirs... en voiture.

La réalité a été quelque peu différente. D'abord, j'ai dû laisser la voiture dans un endroit impossible à définir. Puis, voguer sur une eau d'un noir d'encre, craignant à chaque instant de couler. La nuit était noire, tout alentour était si noir, seules quelques pauvres lumières luisaient çà et là.

 

En descendant sur le quai, je me suis précipité dans des ruelles et après un moment, j'ai débouché sur la Place St Marc, sans même oser lever les yeux, tellement j'étais effrayé. De nouveau, j'ai couru vers les ruelles et me suis finalement arrêté auprès d'un pont. Je me rappelle le canal - si sombre, silencieux et tendre - et la pensée qui m'est venue : "Venise est une ville où on peut pleurer". 

 

                     « Je me sentais chez moi à Venise » 

 

« Pour moi, cela a toujours été une promenade, tranquille et sereine, seulement une promenade. J'aimais à dire : "Allons à Venise faire quelques pas". Le jour, j'errais dans les petites rues et les canaux intimes, à pied ou avec ma barque. La nuit, je me promenais en paix à la lumière mystérieuse et douce des vieux lampadaires. Je pouvais rester une après-midi entière sur la rive à regarder l'eau sous le pont, et à parler de choses et d'autres en laissant s'écouler le temps disponible ; les photographies venaient en plus, si elles venaient. Elles sont venues. »

 

L’art de la photographie

 

 

« Je ne suis pas un photographe (ni un écrivain ni quoi que ce soit d'autre) : je suis un homme, Venise et la campagne m'ont plu, j'ai pris des photos-souvenirs pour que les gens puissent savoir comment était la vie à ce moment-là. Je n'essaie pas de faire de belles photos ; j'aime la vie, et la vie n'est ni belle ni laide, elle est vivante, elle n'a ni règles ni modèles. »

 

          DVD de photographies de Serge Bassenko :

 

          – Venise et sa Lagune « Veniexia »

          – Venise Canaux et Lagune

                              « Veniexia in tel mar »

          – La Campagne française

          – Paysages français

          – Friul

 

          Site de l’auteur : http://www.lupusae.com

 

          Organisation de l’expo :

          Eléonore Mongiat

          01 39 53 82 53 / 06 88 25 91 96

 

          mongiat@lupusae.com

 

LE DERNIER VOYAGE DE SINDBAD

30/11/2017 au 20/12/2017

THEATRE 13 SEINE

30 rue du Chevaleret (Métro: Bibliothèque F.Mitterrand) - 75013 PARIS 13 
Paris

 texte Erri de Luca

mise en scène Thomas Bellorini

Un spectacle musical en hommage aux "passagers de la malchance", d'après un récit poétique et politique sur le thème de la migration. Avec douze interprètes dont une artiste aérienne, avec des musiques d'Orient et d'Occident pour fil conducteur et un décor épuré, Thomas Bellorini nous fait entendre le texte sublime et universel du grand auteur italien.

Tarif : de 15 à 20 € pour réserver